Arbrealettres

Poésie

Dans la main (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 14 août 2017



Illustration: Elizaveta Porodina
    
Dans la main, la tête ouverte est belle
de toute sa boue ensanglantée
et la mémoire refait en vain un regard
qui n’a plus de poids, ni de cils.

Le corps poignant de désirs tourne dans la ville
se heurte aux jambes qui montent vers les femmes
jusqu’au point où la chair se partage en un sexe
et la terre à chaque étage rit à pleines dents.

Une femme entr’ouverte chevauche la ville :
pas un cri ne soulève la tuile d’un toit,
pas une main ne donne l’alarme dans les fenêtres,
pas un mur n’écarte sa bouche serrée.

C’est alors qu’au milieu de la nuit s’ouvre
un grand trou qui est peut-être la mer,
qui est peut-être une montagne
et qui cherche, pantelant, un peu de jour.

(Lucien Becker)

 

Recueil: Rien que l’amour
Editions: La Table Ronde

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :