Arbrealettres

Poésie

Je ne reconnais pas une voix (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 19 août 2017




    
Je ne reconnais pas une voix dans le vent,
pas un visage au haut des têtes béantes
et la ville est seule au milieu des avenues
avec des pierres qui fixent le ciel sans le voir.

Les rues sont nues comme des femmes mortes
auxquelles on n’a pas fermé les yeux
et les fenêtres font remuer le couchant
de toute la marée obscure de leurs carreaux.

Placées comme des arches sous l’éternité,
les cheminées attendent qu’un pont les relie.
Des lampes respirent d’un seul coup leur clarté
et c’est la nuit comme si rien n’avait existé,

la nuit haute comme une montagne
qu’un seul trait de foudre peut terrasser
parmi des murs qui se dressent et se relaient
redoutables comme autant de passants qui s’arrêtent.

(Lucien Becker)

 

Recueil: Rien que l’amour
Editions: La Table Ronde

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :