Arbrealettres

Poésie

Mange donc (Henri Cazalis)

Posted by arbrealettres sur 23 août 2017



Illustration: Michel-Ange 
    
Mange donc, pauvre être humain,
mange pour penser, pour rêver, pour aimer;

mange pour enflammer l’ardeur de tes désirs,
pour entretenir les violences de tes passions, saintes ou coupables ;

mange pour alimenter ton génie,

mais reconnais que, si sublime que tu sois,
tu n’es rien de plus que le Roi des animaux,
et que tu partages bien leur misère,
puisque les racines du cerveau sont chez toi aussi dans le ventre.

(Henri Cazalis)

 

Recueil: Le livre du Néant
Editions: Alphonse Lemerre

2 Réponses vers “Mange donc (Henri Cazalis)”

  1. Luciole said

    Poète visionnaire, je suis en train de lire : « le charme discret de l’intestin » de Giulia Enders.
    L’influence de l’état de cet organe sur le comportement ou l’état de santé général.

    • arbrealettres said

      oui et aussi plein de neurones dans le ventre qui dialoguent avec ceux du cerveau!
      mais que peuvent-ils se raconter ??

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :