Arbrealettres

Poésie

NOCTURNE (Axel Toursky)

Posted by arbrealettres sur 29 août 2017



 

homme à la fenêtre  rl

NOCTURNE

Une rue. Un arbre. Un oiseau.
Le jour qui ne veut pas mourir.
Le paysage assassiné
qui saigne au coin de la fenêtre.

Chaque seconde, sur la terre,
dans un hôtel qu’emplit la rumeur de la ville,
un homme jeune et solitaire
se penche sur sa vie.

Chaque seconde, c’est le blé
qu’on chauffe entre les mains crispées
avant d’abandonner au champ
cette pourriture agréable.

Il suffit d’écarter les doigts :
la pluie de Dieu enterre la semence.
L’oiseau tombe qui l’eût mangée.
Un chasseur passe à la lisière.

Demain vous serez mon visage,
souvenirs que j’ai laissé choir !
On blessera dans les herbages
les eaux assoupies de l’espoir.

(Axel Toursky)

Illustration

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :