Arbrealettres

Poésie

LE DÉSIR N’A PAS DE LÉGENDE (XIV) (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 1 septembre 2017



Illustration: Andrei Protsouk
    
LE DÉSIR N’A PAS DE LÉGENDE (XIV)

Tu ouvres la nuit la plus pleine
de la pointe de tes seins.
Tu viens vers moi dans le tournoiement d’une ville
qui ne s’éclaire plus qu’à la clarté du désir.

Je ne saurai jamais la distance à parcourir
entre la lampe sourde de ton ventre et mon corps.
Je sais que je te rejoins dans un baiser
qui ne laisse point passer le jour.

Sous ma main ensablée dans les caresses,
il reste les hauteurs de ta gorge,
vers lesquelles j’avance,
la bouche pleine de soleil.

A force d’avoir mon visage contre ton visage,
j’oublie que le monde commence au-delà de ton regard.
A jeter l’un dans l’autre nos plus sûrs filets,
nous ramenons tous les poissons de la joie.

(Lucien Becker)

 

Recueil: Rien que l’amour
Editions: La Table Ronde

2 Réponses vers “LE DÉSIR N’A PAS DE LÉGENDE (XIV) (Lucien Becker)”

  1. Luciole said

    « tous les poissons de la joie. » jolie manière de dire le désir.

  2. arbrealettres said

    Poissons… poisons parfois ?😄

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :