Arbrealettres

Poésie

LA GUEULE DU LOUP (Claude Michel Cluny)

Posted by arbrealettres sur 2 septembre 2017



 

LA GUEULE DU LOUP

I
La gueule du loup n’est pas la fleur
bavarde et pourpre
qui ferait
n’est-ce pas
le désespoir du peintre ?
A nous, la page vide suffit.

II
Il s’en faut de peu
Du rire bleu
du gaz montrant les dents.
D’une peur,
la nuit noire.
Ayez les dents
ferrées à glace,
sur le chemin de crête
où marche le cri.

III
Vous qui voulez écrire
broyez du noir
Faites votre encre vous-même.

IV
Les aiguilles du temps
dans les veines
pour en finir
(lettre à lettre s’égoutte
une espèce de sang)
ivre pauvrement
d’une overdose de vivre.

V
En désespoir de cause,
essayez de vous pendre
tout en haut de la page
Dès lors, tressez solide
le fil du récit.

(Claude Michel Cluny)

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :