Arbrealettres

Poésie

Archive for 7 septembre 2017

Par l’amour (Mohammad Iqbal)

Posted by arbrealettres sur 7 septembre 2017




    
Ce point lumineux qui a pour nom le Moi
Est l’étincelle de vie sous notre poussière;
Par l’amour elle est rendue plus durable,
Plus vive, plus brûlante, plus ardente.

(Mohammad Iqbal)

 

Publicités

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La vérité (Mohammad Iqbal)

Posted by arbrealettres sur 7 septembre 2017




    
Quand elle est dépourvue de flamme,
la vérité est philosophie;

Elle devient poésie
quand elle emprunte sa flamme au coeur.

(Mohammad Iqbal)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Brûlé du feu de l’amour (Koul Himmet)

Posted by arbrealettres sur 7 septembre 2017



Illustration
    
Brûlé du feu de l’amour, mon désir est d’être cendre
Foulé aux pieds, mon désir est d’être route

Traversant cette multitude, volant au pays de l’Unité
Ouvrant la voie à l’infini, mon désir est d’être désert

A travers les épreuves, à la rencontre de l’amant
L’Océan une fois atteint, mon désir est d’être lac

Sans égards pour les ruses du moi, sans croire aux promesses
Sur une branche de la roseraie d’amour, mon désir est d’être rose

Qui demande à Himmeti qui arrive sur la route de l’ami
Qui donne des nouvelles de Dieu, mon désir est d’être son esclave

(Koul Himmet)

 

Recueil: La montagne d’en face (Poèmes de derviches anatoliens)
Traduction: Guizine Dino, Michèle Aquien, Pierre Chuvin
Editions: Fata Morgana

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cantique (Ummî Sinan)

Posted by arbrealettres sur 7 septembre 2017




    
Cantique

Chemin faisant, je vins à une ville
J’ai vu le palais, il n’est que roses
Du sultan le trône et la couronne
Les murs et le verger, roses ne sont que roses

On achetait des roses, on vendait des roses
A la main des balances de roses
On pesait la rose avec la rose,
Le marché, le bazar, roses ne sont que roses

La terre n’est que roses, roses les pierres
Roses le sec, roses l’humide
Dans son jardin privé
Le cyprès, le platane, roses ne sont que roses

Le moulin de roses tourne
C’est là qu’on moud la rose
Coule son eau, tourne sa roue
Sa digue, sa source, roses ne sont que roses

La rose pourpre avec la rose rouge
Ont fleuri de pair dans un jardin
Epine contre épine elles se regardent
Leurs épines, leurs fleurs, roses ne sont que roses

Une tente de roses est dressée
A l’intérieur le pain béni est prêt.
Le prophète Elie est le portier
Son pain, son vin, roses ne sont que roses

Ummî Sinan ! viens expliquer
La plainte de la rose et du rossignol :
Du rossignol toujours seul
Soupirs et lamentations, roses ne sont que roses…

(Ummî Sinan)

 

Recueil: La montagne d’en face (Poèmes de derviches anatoliens)
Traduction: Guizine Dino, Michèle Aquien, Pierre Chuvin
Editions: Fata Morgana

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le relais des Initiés (Mouhiddine Dolou)

Posted by arbrealettres sur 7 septembre 2017




    
Le relais des Initiés

Le coeur est parvenu au relais des initiés
Ame et coeur contemplent les matins et les soirs
Que de choses il a vues, que d’instants il a vécus
Ame et coeur contemplent les matins et les soirs.

La terre de ces lieux, dit-on, est vert de cuivre
On dit aussi qu’il y a des arbres tout en or
On dit que tous les monts sont de pur lazuli
Ame et coeur contemplent les matins et les soirs.

Des oiseaux verts se tiennent dans les arbres
Les uns sont immobiles, les autres se déplacent
Voilà, dit-on, les très humbles créatures de Hizir
Ame et coeur contemplent les matins et les soirs.

J’ai vu là un grand fleuve qui coulait
Beaucoup d’anges tels des oiseaux sont là
Ceux qui les voient en sont émerveillés
Ame et coeur contemplent les matins et les soirs.

Les anges sont emplis d’une lumière verte
L’un d’entre eux les domine tous
Les autres sont tous à ses ordres
Ame et coeur contemplent les matins et les soirs.

Là-dessus à une mer verte je suis arrivé
j’ai vu des séraphins sur le rivage
Des vagues marines j’ai entendu le nom de Dieu
Ame et coeur contemplent les matins et les soirs.

(Mouhiddine Dolou)

 

Recueil: La montagne d’en face (Poèmes de derviches anatoliens)
Traduction: Guizine Dino, Michèle Aquien, Pierre Chuvin
Editions: Fata Morgana

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Parfois (Echrefoghlou Roumi)

Posted by arbrealettres sur 7 septembre 2017




    
Parfois je tombe dans les mers, vague furieuse je déborde
Je tombe aux mains des ignorants qui m’achètent à bas prix

Parfois je monte vers les cieux et je vire avec le destin
Parfois je m’enfle avec la lune, parfois je tourne avec le soleil

Parfois je monte à l’Arafat, je dis «Me voici», je me découvre
Parfois je remplace la victime et, bélier, je me laisse immoler

Parfois je suis soufi au couvent, parfois pécheur à la taverne
Parfois dans la ronde je tourne, parfois je suis le saz dont on joue

Parfois prudent, parfois impétueux je me mêle à la foule
Parfois seigneur, parfois faucon royal je chasse et me fais chasser

Parfois océan, parfois lac, parfois Sultan, parfois esclave,
Parfois printemps, parfois rose de main en main je m’effeuille

Il n’y a ni relais ni arrêt, ni corps ni être humain
A part Dieu en somme il n’y a rien, alors où donc est-ce que je tourne ?

Ceux qui ont le mal d’amour, qu’ils viennent, je les panserai
Ils boiront le breuvage d’amour, ils auront nouvelle de l’ami

Ils ouvriront leur oeil caché et verront leur moi véritable
Je tournerai leur face vers l’ami, je leur rendrai le monde importun

J’éteindrai le feu de leur être, je romprai le talisman de leurs digues
J’enlèverai les barrières de leur moi, pour cet ami je les harnacherai

Ces coeurs devenus de pierre je les casserai avec la masse d’amour
Je ferai couler l’eau de la vie qui sera source dans leur coeur

J’ai vu l’ami et suis venu, mon tour accompli je suis venu
L’ami aux amis a dit de venir, je suis venu apporter la nouvelle.

(Echrefoghlou Roumi)

 

Recueil: La montagne d’en face (Poèmes de derviches anatoliens)
Traduction: Guizine Dino, Michèle Aquien, Pierre Chuvin
Editions: Fata Morgana

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Retouche au décoré (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 7 septembre 2017




    
retouche au décoré

de l’Aude à l’Oise
en retraite bourgeoise
si moral et hors d’âge
à table le monsieur bien mis
un oeil à la fenêtre
entre la poire et le fromage
ressent le plaisir d’être
devant le soir saisi du mal exquis

(Daniel Boulanger)

 

Recueil: De laine et soie Retouches
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Retouche aux devoirs de vacances (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 7 septembre 2017




Illustration: ArbreaPhotos
    
retouche aux devoirs de vacances

monoclé chauve
soleil répétiteur

après tant de brouillons
voici la page exacte de la mer

(Daniel Boulanger)

 

Recueil: De laine et soie Retouches
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Retouche à l’été (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 7 septembre 2017




    
retouche à l’été

le jour se tient devant ma porte
son ombre à la main

en émeraude
un secret à l’oreille

(Daniel Boulanger)

 

Recueil: De laine et soie Retouches
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Retouche à l’éveil (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 7 septembre 2017




    
retouche à l’éveil

dans l’eau d’été
matin de quatre feuilles sur le mur

le lent silence encor vêtu de nuit
se fait les lèvres

(Daniel Boulanger)

 

Recueil: De laine et soie Retouches
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :