Arbrealettres

Poésie

Je sais la voix (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 15 septembre 2017



Illustration: Gao Xingjian
    

Je sais la voix

Je sais la voix qui tremble pour survivre.
Il fait si noir dans ces chambres sans rêve
où nul espoir ne livre plus combat.

Tel, enchaîné par les ombres, les pactes,
j’entends le jour déserté qui me parle.
Le Temps me blesse avec ses trois couteaux.

De n’être pas je me fais la semblance.
Si le coeur frappe à la porte du corps,
le sang se fige aux fleuves souterrains.

Si je murmure, il naît des mots de braise.
Une étincelle enflamme la raison.
Le lieu d’Éros incarne l’âme errante.

J’entends le cri des grandes déchirures.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Editions: Albin Michel

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :