Arbrealettres

Poésie

La Belle (Jean Malrieu)

Posted by arbrealettres sur 28 septembre 2017




    
La Belle

Ce que j’ai gagné, c’est la mort.
Transparente, universelle.
Elle a mes yeux ouverts, regarde.
Depuis que je l’ai gagnée, elle me suit…

Elle ne promet rien et donne tout.
Elle fuit ?
Je la cherche.
Je voulais vivre ?
Elle apparaît.

« Je ne t’ai point abandonné, dit-elle.
Je te connais par cœur. »…
Ne nous attendrissons pas.

Rien n’est pressé.
Nous avons le temps.
Personne ne nous attend….

Depuis que je me suis noyé sans le savoir,
je n’ai jamais cessé de faire
de la mousse et de l’écorce.

Très jeune, très vieux, je ne sais,
je joue avec toi comme avec une petite fille.
Je sais seulement que tu es douce
comme la neige qui étouffe…

Je ne savais pas que j’avais à t’aimer.
Ce que j’ai cherché ailleurs, c’est ta jeunesse,
celle qui donne au songe le goût de risquer sa vie.

J’ai failli être immortel.
Quelle blague !…
Si j’ai aimé les fleurs, les fruits, les êtres,
tu me les prêtas.
Je te les rends.

Préparons les noces.
La mariée n’est jamais trop belle.
Fais signe.
Quand tu voudras.

(Jean Malrieu)

 

Une Réponse to “La Belle (Jean Malrieu)”

  1. […] via La Belle (Jean Malrieu) — Arbrealettres […]

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :