Arbrealettres

Poésie

Archive for 2 octobre 2017

Sous la lune de la Fête (Po Kiu-Yi)

Posted by arbrealettres sur 2 octobre 2017



Illustration: Vincent Van Gogh
    
Sous la lune de la Fête des mets froids
Souffle de parfum, larmes de rosée, les fleurs de poirier
S’attristent comme moi devant la chaumière sans feu.

A l’heure où musique et chant s’élèvent du voisinage,
Seul, appuyé sur ma porte paysanne, je reste sous la lune.

(Po Kiu-Yi)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Assis dans la nuit (Po Kiu-Yi)

Posted by arbrealettres sur 2 octobre 2017



Illustration

    

Assis dans la nuit

Dans la cour, toute la journée,
je reste debout jusqu’au soir.

Sous la lampe, parfois, je m’assieds
en attendant le jour.

C’est un sentiment secret,
nul ne le peut comprendre.

De temps en temps,
je pousse quelque soupir.

(Po Kiu-Yi)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Promenade (Li Chang-Yin)

Posted by arbrealettres sur 2 octobre 2017




    
Promenade

Vers le soir, ne sachant où fixer ma pensée,
Je conduis mon char à travers la plaine antique.

La splendeur du soleil couchant est ineffable;
L’ombre du crépuscule s’approche comme à regret.

(Li Chang-Yin)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

A un ami (Tou Mou)

Posted by arbrealettres sur 2 octobre 2017



Illustration: Jenny Wong
    
A un ami

La montagne bleue apparaît, disparaît,
l’eau coule vers l’Infini.

L’automne s’achève au Sud du Fleuve,
mais l’herbe n’est pas flétrie.

Les vingt-quatre ponts brillent
dans la nuit lunaire,

D’où, homme de jade,
faites-vous jouer de la flûte?

(Tou Mou)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Prélude du vent d’automne (Lieou Yu-Si)

Posted by arbrealettres sur 2 octobre 2017




    
Prélude du vent d’automne

D’où vient le vent d’automne?

Frémissant, frémissant,
ll nous envoie, par groupes,
les oies sauvages.

De bon matin,
elles entrent dans les arbres de la cour.

Qui les a entendues le premier?
Le voyageur solitaire.

(Lieou Yu-Si)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Retour des oies sauvages (Ts’ien K’i)

Posted by arbrealettres sur 2 octobre 2017



Illustration: Hiroshige
    
Retour des oies sauvages

Sur la rivière aux roseaux, pourquoi sans raison, êtes-vous de retour?
L’eau est bleue, le sable clair et le rivage couvert de mousse.
Vingt-cinq cordes chantent la nuit sous la lune,
Je supporte mal cette tristesse sans mélange,
et vous voilà revenues à tire d’ailes!

(Ts’ien K’i)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je désirais cueillir (Anonyme Chinois)

Posted by arbrealettres sur 2 octobre 2017



Illustration
    
Je désirais cueillir
le plus charmant iris de tout le massif ;
mais, hélas !
je n’ai fait que mouiller mes manches

(Anonyme Chinois)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Là bas (Anonyme Japonais)

Posted by arbrealettres sur 2 octobre 2017



    

Là bas, au delà des flots,
Tout est nu ;
Pas une feuille rousse,
Pas une fleur !
Seuls, au dessus des toits de chaume,
Tombent le rapide crépuscule
et le souffle désolé de l’automne.

(Anonyme Japonais)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

S’enivrer au milieu des fleurs (Tsoui-Min-Tong)

Posted by arbrealettres sur 2 octobre 2017



Illustration: Edouard Manet
    
S’enivrer au milieu des fleurs

Une année, encore une année
dont le printemps s’écoule ;
En cent années à peine se voit-il
un homme de cent ans.
Combien de fois nous sera-t-il donné,
comme aujourd’hui,
de nous enivrer au milieu des fleurs ?
Ce vin coûterait son pesant d’or
qu’il n’en faudrait pas regretter le prix.

(Tsoui-Min-Tong)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES POUVOIRS DE L’AMOUR (XIII) (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 2 octobre 2017



Illustration: Pascal Renoux
    
LES POUVOIRS DE L’AMOUR (XIII)

Aucun des mots ne peut s’user
que j’emploie pour nommer mon amour
et ta bouche en relève sur ma bouche une trace
qui se décalque à travers nos baisers.

Je calme la lueur sourde de ton ventre
comme le soleil une tempête
et je me retrouve toujours avec une tête
unie à la tienne par-dessus des siècles de mort.

Nue jusqu’à laisser voir ton coeur
dans la transparence de ses battements,
tu n’as plus contre moi pour limites
que celles d’un jour sans terre à éclairer.

Je veux sceller au tien mon visage
afin que je puisse mourir en toi
au moment où il ne restera autour de moi
que le ciel grand ouvert de ton regard.

(Lucien Becker)

 

Recueil: Rien que l’amour
Editions: La Table Ronde

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :