Arbrealettres

Poésie

LES POUVOIRS DE L’AMOUR (XIII) (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 2 octobre 2017



Illustration: Pascal Renoux
    
LES POUVOIRS DE L’AMOUR (XIII)

Aucun des mots ne peut s’user
que j’emploie pour nommer mon amour
et ta bouche en relève sur ma bouche une trace
qui se décalque à travers nos baisers.

Je calme la lueur sourde de ton ventre
comme le soleil une tempête
et je me retrouve toujours avec une tête
unie à la tienne par-dessus des siècles de mort.

Nue jusqu’à laisser voir ton coeur
dans la transparence de ses battements,
tu n’as plus contre moi pour limites
que celles d’un jour sans terre à éclairer.

Je veux sceller au tien mon visage
afin que je puisse mourir en toi
au moment où il ne restera autour de moi
que le ciel grand ouvert de ton regard.

(Lucien Becker)

 

Recueil: Rien que l’amour
Editions: La Table Ronde

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :