Arbrealettres

Poésie

C’était l’été (Jacques Prévert)

Posted by arbrealettres sur 7 octobre 2017




    
c’était l’été
sous ma jupe relevée
j’étais nue comme jamais
Tout mon jeune corps
était en fête
des cheveux de ma tête
aux ongles de mes pieds
J’étais une source qui guidait
la baguette du sourcier
Nous faisions le mal
et le mal était bienfait.

(Jacques Prévert)

 

Recueil: Fatras
Editions: Le Point du Jour

2 Réponses to “C’était l’été (Jacques Prévert)”

  1. Luciole said

    Heureux sourcier 🙂
    Prévert! tout en justesse et en tendresse…
    Dit-on encore de nos jours que les câlins sont « mal » ?
    ou peut-être que les jeunes d’aujourd’hui font plus du sexe que de l’amour?

  2. arbrealettres said

    bienfait
    si bien fait ?
    oui entrer relation
    mais pas qu’avec le corps
    sinon on va dans le décor 😉

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :