Arbrealettres

Poésie

Quel solennel silence (Georg Trakl)

Posted by arbrealettres sur 15 octobre 2017



Illustration: Francesco Londonio  
    
Quel solennel silence au jardin désolé,
Quand le jeune novice couronne son front de brun feuillage
Et que son souffle boit un or glacé !

Ses mains touchent la vieillesse d’eaux bleuissantes,
Ou les pâles joues des soeurs dans le froid de la nuit.

Légère, harmonieuse est la marche au long des chambres gaies,
Où la solitude règne et le bruissement de l’érable,
Où peut-être la grive chante encore.

L’homme est beau qui apparaît dans l’ombre,
Quand il meut bras et jambes et s’émerveille
Et que ses yeux lentement roulent aux orbites pourpres !

A vêpres, l’étranger se perd dans les noirs décombres de novembre,
Sous les ramures mortes, au long des murs lépreux,
Où s’en est allé jadis le saint frère
Abîmé dans la tendre musique de son délire.

O solitude où cesse doucement le vent du soir !
Lasse à mourir, la tête s’incline dans l’ombre de l’olivier.

(Georg Trakl)

 

Recueil: Ving-quatre poèmes
Traduction: Gustav Roud
Editions: La Délirante

Une Réponse vers “Quel solennel silence (Georg Trakl)”

  1. […] via Qual silêncio solene (Georg Trakl) – Arbrealettres […]

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :