Arbrealettres

Poésie

Chanson du paillasson (François Caradec)

Posted by arbrealettres sur 20 octobre 2017




    
Chanson du paillasson

Je suis couché devant ta porte
comme une bête grise et morte
ton paillasson.

Tous ceux qui chez toi sont entrés
sur moi ont essuyé leurs pieds
sans dir’ pardon.

Je hais les hommes malpolis
qui vont tout droit jusqu’à ton lit
et puis s’en vont

sans même feindre de me voir
je suis seul à m’apercevoir
de ce qu’ils sont.

(François Caradec)

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :