Arbrealettres

Poésie

CERNÉES (Carole Zalberg)

Posted by arbrealettres sur 25 octobre 2017




    
CERNÉES

Les femmes fatiguées
s’inventent des beautés
vitales

le temps cavale
il faut parer

Sous l’oeil enluminé
bienheureusement
des ombres évasives
ne se laissent pas chasser

c’est la plainte furtive
des belles épuisées.
Qui l’entend ?

(Carole Zalberg)

 

Recueil: Revue Vagabondages
Editions: Cherche Midi

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :