Arbrealettres

Poésie

Que n’osent-ils goûter la langue bleue du ciel ? (Olivier Larronde)

Posted by arbrealettres sur 25 octobre 2017



Que n’osent-ils goûter la langue bleue du ciel ?

La bouche en cœur, à chatouiller des clairs de lune,
Va siroter le lait des aubes, gare, gare,
Des sphinx tête de mort sont issus de l’écume
De leurs regards,

La nuit portée sur les épaules de leurs ombres,
Aux bovines fadeurs, dont les pas sont des âges
(Serpents, sonnez le vide à leurs gestes qui sombrent).
Aux branchages sèches ressemblent les sauvages,

Seuls, qui dans la détresse des vents se décrassent
Et dans les fumants sacrilèges débandés
(Serpents, sonnez le vide !) et sous leurs carapaces,
Les morts, méditatifs comme des scarabées,

Que n’osent-ils goûter la langue bleue du ciel !

(Olivier Larronde)

Illustration: Misha Gordin

 

2 Réponses to “Que n’osent-ils goûter la langue bleue du ciel ? (Olivier Larronde)”

  1. Michèle said

    Bonsoir,
    Suis touchée, suis émue, suis ravie. Ai lu et relu ces écrits avec encore un regard émerveillé. Impression étrange d’une découverte alors que les « oeuvres poétiques complètes » ne me quittent pas. Allez savoir pourquoi ce poète trop tôt disparu me touche tant… Je n’ai pas la réponse.
    Je vous remercie et vous souhaite une bonne soirée.

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :