Arbrealettres

Poésie

La fille de l’auberge (Jean-François Dubois)

Posted by arbrealettres sur 27 octobre 2017



La fille de l’auberge

Elle approchait du lit, soutenant
dans les deux coupes de ses mains
des seins très lourds

façon d’offrande aussi
la plupart du temps l’homme riait
grassement
avant de la culbuter à lui

on la disait facile
on ne voulait pas trop savoir
ce que devait coûter la pension pour l’enfant
maladif, dans un village de la côte
à cause du bon air

elle,
devait vivre ici, la fille de l’auberge
la bonne à se faire, dans ce pays de ciels bas corbeaux
de brûlis, d’hommes tronçonnés par la peine, de femmes
à force mauvaises

Mais quand elle se relevait au petit matin
secouant ses cheveux dans un geste d’élégance
innée, puis qu’elle se dirigeait
vers la cuvette, avec ses bas roulés sous les genoux
ses seins ballants
douloureux
l’homme parfois
était pris de tendresse
et il lui venait comme un tressaillement d’âme
la vision un instant entraperçue
d’une beauté les dépassant tous les deux –

(Jean-François Dubois)


Illustration: Edouard Manet

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :