Arbrealettres

Poésie

Archive for 5 novembre 2017

Dans le vieil étang (Matsuo Bashô)

Posted by arbrealettres sur 5 novembre 2017


grenouille

Dans le vieil étang
Une grenouille saute
Ploc!

(Matsuo Bashô)

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , | 2 Comments »

FLEURS ET ABÎME (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 5 novembre 2017



Illustration: Gao Xingjian
    
FLEURS ET ABÎME

Sous les fleurs que je sais il n’est pas de prairie
mais le lait noir de l’abîme inconnu;
dans mon sommeil amer je les rends à la nuit,
elles descendent, elles s’éteignent lentement.

(Jean Tardieu)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

QUEL EST CET, HOMME? (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 5 novembre 2017




    
QUEL EST CET, HOMME?

Surpris par ma propre présence,
souvent me vint le haut-le-corps
d’un criminel pris sur le fait
sur les fumées de son forfait
sur les yeux blancs d’un autre mort.
J’étais pourtant dans l’innocence
je traversais une forêt
pareille aux foules du dimanche
ou j’écoutais vivre une rue
à la recherche du silence
ou je comptais les choses vues,
mes pavés mes pas mes étoiles
ou les feuilles que j’ai connues.
« Beau petit saint les mains si blanches
« l’air si bon si droit si discret,
« halte!… »
— « Qui parle? Qui m’arrête?
« Qui?… »
Lentement très lentement
je me détourne et tout à coup
je regarde :
Il n’y a personne!

Cette absence a les yeux des arbres
une figure creuse et haute
où s’engouffre toute la vie
étrangère à ce que je fus.

(Jean Tardieu)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Monsieur Monsieur aux bains de mer (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 5 novembre 2017



Illustration: René Magritte
    
Monsieur Monsieur aux bains de mer

Un jour près de la mer
Monsieur et Monsieur seuls
parlaient tranquillement
et mangeaient une pomme
en regardant les cieux.

— Voyez donc, dit l’un d’eux,
l’agréable néant!
et quel apaisement
quand l’abîme sans bord
mélange sans effort
les choses et les gens!
Pour qui ressemble à Dieu
les jours particuliers
ne sont pas nécessaires.

La question n’est pas là
Monsieur (répond Monsieur)
nous sommes éphémères,
or la totalité
de la grande Unité
nous étant refusée,
c’est par la quantité
que nous nous en tirons.
Et nous additionnons
et nous thésaurisons!
Donc la diversité
pour nous sur cette terre
est la nécessité.
Regardez ce poisson
qui n’est pas un oiseau
qui n’est pas une pomme
qui n’est pas la baleine
qui n’est pas le bateau…

— Ah, pour moi c’est tout comme,
interrompit Monsieur,
la baleine et la pomme
devant l’éternité

A ces mots le vent souffle
emportant leurs chapeaux
et les deux personnages
dans le ciel bleu et beau
s’effacent aussitôt.

(Jean Tardieu)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

L’esprit porté (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 5 novembre 2017



Illustration: Odilon Redon
    
L’esprit porté vers le bruit de la mer
que je ne peux entendre
ou bien vers cet espace interdit aux étoiles
dont je garde le souvenir
je rencontre la voix la chaleur
l’odeur des arbres surprenants
j’embrasse un corps mystérieux
je serre les mains des amis.

(Jean Tardieu)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Deux mains (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 5 novembre 2017



    

Deux mains qui ont perdu la trace d’un visage
s’avancent flairant l’ombre à la recherche
d’une forme jadis humaine. Mais le masque
est rempli par l’abîme.
Les mains épouvantées se retirent
et remportent les fleurs.

(Jean Tardieu)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si le regard grandit (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 5 novembre 2017




    
Si le regard grandit s’il est le même abîme
il peut tout contenir et préserver,
mais ce n’est pas sans crainte qu’il accueille
cette fleur aux cils lourds
plus large que la mer.

(Jean Tardieu)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pour délivrer ma vie de l’immobilité (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 5 novembre 2017



Illustration: Folon
    
Pour délivrer ma vie
de l’immobilité
j’ai fait de grands efforts, —
couvert de mes cordages
de mes voiles tombées
je gagnerai le port
que je n’ai pas quitté.

lmage de moi-même
oiseau forme cruelle
qui pars et qui reviens
dans l’odeur de la mer,
chaque tour de ton aile
m’accable de liens.
Couvert de mes cordages
de mes voiles tombées
je gagnerai la mort
qui ne m’a pas quitté.

(Jean Tardieu)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ombre cette ombre (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 5 novembre 2017



    

Ombre cette ombre monstrueuse
qui vient du fond des âges,
cette ombre grave et malheureuse
remontée jusqu’à nos visages,
nous la traînerons elle-même
comme au soleil une fumée
jusque sous l’arche de l’amour.

(Jean Tardieu)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES ERREURS (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 5 novembre 2017



Illustration: Emile Vernon
    
LES ERREURS

(La première voix est ténorisante, maniérée,
prétentieuse; l’autre est rauque, cynique et dure.)

Je suis ravi de vous voir
bel enfant vêtu de noir.

— Je ne suis pas un enfant
je suis un gros éléphant.

Quelle est cette femme exquise
qui savoure des cerises?

— C’est un marchand de charbon
qui s’achète du savon.

Ah! que j’aime entendre à l’aube
roucouler cette colombe!

— C’est un ivrogne qui boit
dans sa chambre sous le toit.

Mets ta main dans ma main tendre
je t’aime Ô ma fiancée!

Je n’suis point vot’ fiancée
je suis vieille et j’suis pressée
laissez-moi passer!

(Jean Tardieu)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :