Arbrealettres

Poésie

Et celle qui riait (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 6 novembre 2017




    
Et celle qui riait sans pouvoir s’arrêter?
– C’était pour t’avertir des plus graves dangers.

Et celle qui pleurait avec tant de finesse?
– C’était pour t’éclairer sur ta propre faiblesse.

Et ce train qui partait, je le manquai de peu?
– C’était pour égarer les démons ombrageux.

Et le temps qui montait sans m’avancer d’un pas?
– Comprends toi-même enfin! Je ne te réponds plus.

(Jean Tardieu)

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :