Arbrealettres

Poésie

La ville en moi (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 6 novembre 2017




    
La ville en moi fermée, en moi dormant
s’ouvre à la marche. Et les bras vont devant
comme les arbres nus privés de vent.
Mille volets obscurs s’animent du dedans
et le ciel que l’on ne voit pas bouge pourtant.
Quelque chose à travers tout dure longtemps
mais se tait. Serait-il temps, serait-il temps?

(Jean Tardieu)

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :