Arbrealettres

Poésie

Une voix (Balbino)

Posted by arbrealettres sur 6 novembre 2017


 


 

Temple_de_l'Amour_sur_Île_de_la_Jatte

Une voix

Un signal une voix opiacée
tombes
sans fleurs.
J’ai touché le fer noir
et l’acier
des carrosses aux chevaux
suspendus.
Paris ne se réveille pas
de cette nuit
où je t’ai attendu…
enchaîné à des gouttes de pluie
suspendu à l’oeil fixe
d’un pigeon.

(Balbino)

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :