Arbrealettres

Poésie

Le pays de l’édredon bleu (Robert-Louis Stevenson)

Posted by arbrealettres sur 8 novembre 2017


 

Quand j’étais malade, en mon lit,
(Sous ma tête deux oreillers)
Mes jouets étant rassemblés,
Me tenant bonne compagnie.

Parfois, pour un temps assez long,
J’observais mes soldats de plomb,
À la manœuvre, allant au pas
Parmi les collines des draps.

J’envoyais bateaux, cargaisons,
Au gré des flots de couvertures,
Ou bien pour mes cités futures
Mettais en place arbres maisons.

J’étais le géant silencieux
Qui de sa pile d’oreillers
Voyait les plaines, les vallées

Du pays de l’édredon bleu.

(Robert-Louis Stevenson)

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :