Arbrealettres

Poésie

Printemps (Marie Dauguet)

Posted by arbrealettres sur 15 novembre 2017



    

Printemps

C’est le printemps tout à l’heure
Qui naîtra par les bois gris
Où l’hiver lointain se pleure,
Où l’espoir proche sourit,

Car sous les branches dolentes,
Malgré leur morne torpeur,
Les bois ont un air d’attente,
L’air d’attendre du bonheur.

Une sève neuve emmielle
Les bourgeons tout vernissés
Où fuit un premier bruit d’aile
Qu’à peine on entend glisser.

Puis c’est, interrogative
Dans sa troublante douceur,
Soudain la chanson des grives
Qui roule en bémol mineur.

Et toi que pourchasse l’heure,
Attarde au bord des taillis,
Dans l’incertaine demeure,
Hôte un moment accueilli,

Tes pas! Jouis, coeur misérable,
Conscient pour peu d’instants,
De tout cet inexprimable
Charme d’un soir de printemps,

Participe au grand mystère;
Gonfle-toi, ô fleur de chair,
Comme les bourgeons dans l’air,
Comme les germes sous terre.

(Marie Dauguet)

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :