Arbrealettres

Poésie

Quand tout ce que contenait ma demeure fut vendu (Karen Blixen)

Posted by arbrealettres sur 24 novembre 2017



Illustration: Edward Hopper
    
Quand tout ce que contenait ma demeure fut vendu,
les pièces bouleversées devinrent des cages à résonances.
Si je m’asseyais sur une des caisses pleines d’objets à expédier
et qui constituaient à présent mon unique mobilier,
des voix et des sons d’autrefois s’élevaient, de plus en plus nets,
de plus en plus clairs dans les salles d’une majestueuse nudité.

(Karen Blixen)

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :