Arbrealettres

Poésie

Archive for 27 novembre 2017

A l’ombre d’un myrte (William Blake)

Posted by arbrealettres sur 27 novembre 2017




    
A l’ombre d’un myrte

Pourquoi te serai-je lié,
Ô mon myrte charmant ?
L’amour, le libre amour, ne peut être lié
A nul arbre planté en terre.

Ô que j’étais malade et las
Étendu sous mon myrte
Semblable à la bouse sur le sol
Lié à mon myrte.

Souvent mon myrte soupirait en vain,
A contempler ma lourde chaîne ;
Souvent mon père nous vit soupirer
Et rit de notre naïveté.

Ainsi je l’abattis et son sang
Colora les racines issues du myrte.
Mais le temps de la jeunesse a fui
Et des cheveux gris couvrent ma tête.

***

In a Myrtle Shade

Why I should I be bound to thee,
O my lovely Myrtle-tree?
Love, free Love, cannot be bound
To any tree that grows on ground.

O! how sick and weary I
Underneath my Myrtle lie;
Like to dung upon the ground,
Underneath my Myrtle bound.

Oft my Myrtle sigh’d in vain
To behold my heavy chain:
Oft my Father saw us sigh,
And laugh’d at our simplicity.

So I smote him, and his gore
Stain’d the roots my Myrtle bore.
But the time of youth is fled,
And grey hairs are on my head.

(William Blake)

 

Recueil: William Blake
Traduction: Georges Bataille
Editions: Fata Morgana

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les herbes aquatiques (Sôseki)

Posted by arbrealettres sur 27 novembre 2017



Illustration
    
Mais les herbes aquatiques qui stagnent au fond de l’eau,
attendrait-on cent ans, restent immobiles.
Elles se tiennent pourtant en alerte,
prêtes à bouger, appelant du matin au soir
le moment où elles seront touchées,

elles vivent dans cette attente, par cette attente,
concentrant dans leurs tiges
le désir de générations innombrables,
sans pouvoir s’animer jusqu’à ce jour,
elles vivent, incapables de mourir.

(Sôseki)

Découvert ici: http://www.bulledemanou.com/

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’aime le vin (Jean-Claude Pirotte)

Posted by arbrealettres sur 27 novembre 2017




    
J’aime le vin parce qu’il m’est étrange,
parce qu’il m’est familier,
parce qu’il est incompréhensible et fabuleux.

J’aime le vin parce que je ne peux m’empêcher d’aimer les hommes.
Dans ma cave, il n’y a pas de vin.
Il n’y a que d’heureuses espérances.

(Jean-Claude Pirotte)

Découvert ici: http://www.bulledemanou.com/

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il n’y a que le silence (Jean-Claude Pirotte)

Posted by arbrealettres sur 27 novembre 2017



    

Il n’y a que le silence
qui puisse présider
aux métamorphoses.

(Jean-Claude Pirotte)

Découvert ici: http://www.bulledemanou.com/

 

Posted in méditations | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Le marchand voyageur (Li Po)

Posted by arbrealettres sur 27 novembre 2017



Illustration: Hokusaï
    
Le marchand voyageur

Le voyageur de la mer, profitant des vents du ciel,
Lève l’ancre pour un lointain voyage.
Tel un oiseau des nues,
Une fois parti, il ne laisse plus de traces.

(Li Po)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sur la tour de Yo-Tcheou (Tch’en Tse-Ngang)

Posted by arbrealettres sur 27 novembre 2017




    
Sur la tour de Yo-Tcheou

Devant moi, je ne vois pas l’homme du passé.
Derrière moi, je ne vois pas celui qui vient.
En songeant à l’Univers sans bornes,
Seul, tristement, je fonds en larmes.

(Tch’en Tse-Ngang)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Fraîcheur nocturne (Li Chang-Yin)

Posted by arbrealettres sur 27 novembre 2017




    
Fraîcheur nocturne

Des arbres cernent le vaste étang : ombres multiples sous la lune.
Le battoir du village, la flûte de la vallée bruissent
par intermittence, dans le vent et les lianes.
Au pavillon de l’Ouest, les couvertures brodées gardent encore un parfum léger.
Toute la nuit, ma tristesse va vers les lotus flétris.

(Li Chang-Yin)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Désir de retour en écoutant le cor (Kou K’Ouang)

Posted by arbrealettres sur 27 novembre 2017




    
Désir de retour en écoutant le cor

Les feuilles jaunes couvrent la mousse verdoyante
dans mon jardin natal…
Ce rêve interrompu, j’entends sur la muraille
de la ville les plaintes du cor matinal.
Toute la nuit, je me déchire les entrailles, sans qu’on le sache!
Je me lève et marche sous la lune au déclin : une ombre chancelle.

(Kou K’Ouang)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nuit sous le pont aux érables (Tchang Ki)

Posted by arbrealettres sur 27 novembre 2017




    
Nuit sous le pont aux érables

La lune décline, les corneilles croassent dans le ciel couvert de givre.

Les érables du fleuve, des feux de pêcheurs accompagnent le dormeur mélancolique.

Du temple de la Montagne Fraîche, hors de la ville de Kou-sou,

Vers minuit, un tintement de cloche parvient au bateau du voyageur.

(Tchang Ki)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le chant du voyageur sur le fleuve (Wang Tch’ang-Ling)

Posted by arbrealettres sur 27 novembre 2017




    
Le chant du voyageur sur le fleuve

La barque solitaire et la lune voilée font face aux bois de platanes.
Le chant de la guitare parle au coeur du voyageur.
Les teintes de la colline varient entre les mille rideaux de pluie.
Une corde se brise… Tout se tait et s’imprègne de larmes.

(Wang Tch’ang-Ling)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :