Arbrealettres

Poésie

À ma mère (Alexandre Blok)

Posted by arbrealettres sur 30 novembre 2017



Illustration: Jeannie Lynn Paske
    
À ma mère

La nuit est descendue, elle est grosse de brumes,
La nuit trouble d’hiver, à mon coeur fraternelle.
L’impuissance de la tâche, la quiétude inquiète,
Un manque — de quoi ? — cernent l’esprit perdu.

Comment serrer la trace du mal qui ronge l’âme,
Et, douce amie, quel remède à nos plaies ?
Dans les brumes d’hiver, oomment pourrions-nous
Déceler le pourquoi d’une douleur si grande ?

La raison croirait-elle que du péché d’un autre
Nous devrions porter le lourd fardeau?
Inquiète est la quiétude, et nous ployons
Sous la tâche impuissante, et le manque innommé.

(Alexandre Blok)

 

Recueil: Le Monde terrible
Traduction:Pierre Léon
Editions: Gallimard

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :