Arbrealettres

Poésie

Autour (Alexandre Blok)

Posted by arbrealettres sur 30 novembre 2017




    
Autour, ce n’est que vaste plaine,
Cohue de souches calcinées.
Puis — la vallée chère à mon coeur,
Sous les nuages qui s’étirent.

Et rien ne me séduit là-bas,
Je touche le lointain du doigt.
C’est ici, qu’entre ciel et terre,
Morose, séjourne l’ennui.

Il creuse jour et nuit la terre,
Il creuse et retourne le sable.
Parfois il pousse un cri plaintif,
Et puis se tait — jusqu’au suivant.

Tout ce qui vient, tout ce qui fut —
Ce n’est que cendre froide et morte,
Comme ces pierres sur la tombe
De l’amour, dans les champs perdue.

(Alexandre Blok)

 

Recueil: Le Monde terrible
Traduction:Pierre Léon
Editions: Gallimard

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :