Arbrealettres

Poésie

Dolor ante Lucem (Alexandre Blok)

Posted by arbrealettres sur 30 novembre 2017




    
Dolor ante Lucem

Chaque soir, à l’heure où s’éteint le couchant,
Je brûle de mourir et je fais mes adieux,
Mais à peine paraît l’aube froide du jour
Que la vie me submerge et me tourmente encore !

Je fais mes adieux et au bien et au mal,
Et j’espère et j’ai peur d’abandonner la terre,
Cette terre que le lendemain je retrouve,
Pour maudire le mal et me languir du bien!…

Ô Seigneur, ô Seigneur, ô mon Dieu tout-puissant,
Est-ce Ta volonté si nous vivons ainsi,
Si, de rêves comblé à la naissance du jour,
Le mortel se languit de Toi sans répit?…

(Alexandre Blok)

 

Recueil: Le Monde terrible
Traduction:Pierre Léon
Editions: Gallimard

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :