Arbrealettres

Poésie

LE DÉMON (Alexandre Pouchkine)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2017




LE DÉMON

En ces jours-là, quand les impressions
Du monde étaient encore pour moi neuves :
Un rossignol, sa nocturne chanson,
Des yeux de femme, un bruit venu du fleuve,
Quand j’éprouvais d’immortels sentiments
Tels que l’amour, la liberté, la gloire
Sourdre en mon coeur et me troubler le sang,
Quand fervemment à l’art je pouvais croire,
Quand je goûtais heures de l’espoir
Et les plaisirs du soudain triste automne,
Certain démon vint alors, pour me voir,
Discrètement, plus méchant que personne.
Bien tristement nous nous rencontrions
Car son regard exquis et son sourire,
Son ton caustique instillaient un poison
Qui me glaçait et pouvait me détruire.
Calomniant intarissablement,
Il défiait la Sainte Providence.
Pour lui le Beau était rêve qui ment,
Il méprisait l’art comme extravagance,
Il reniait la liberté, l’amour.
Il regardait narquoisement la vie
Et voulait même, à croire son discours,
Que la nature en rien ne soit bénie.

(Alexandre Pouchkine)

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :