Arbrealettres

Poésie

Long rêve de toi (Wen T’Ing-Yun)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2017



Longues tiges de saules,
Fine pluie de printemps:
Par-delà les fleurs, échos lointains de clepsydre.
Effrayées, oies sauvages de la passe,
Envolées, corneilles des remparts,
Soudain fixes: paravent peint, couple de perdrix d’or.

Brume parfumée,
Infiltrée dans la gaze.
Etang et pavillon, où rôdent les plaisirs d’antan.
Tourne la bougie rouge,
Le rideau brodé est baissé,
Long rêve de toi: mais tu n’en sauras rien!

(Wen T’Ing-Yun)

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :