Arbrealettres

Poésie

Il est trop tard maintenant pour t’appeler (Emily Brontë)

Posted by arbrealettres sur 7 décembre 2017




    
Il est trop tard maintenant pour t’appeler —
Je ne veux plus bercer à nouveau ce rêve
Car toute joie qui illumina mon front
Ferait lever un orage de douleur —

Et puis la brume n’est qu’à demi dissipée,
Nue s’étend la montagne stérile,
Et le soleil ni l’aube à son réveil
N’y peignent plus de visions dorées —

Mais dans mon sein reconnaissant
À jamais vivra ton ombre (aimée)
Car Dieu seul sait combien bénies
Furent en toi mes premières années !

***

It is too late to call thee now —
I will not nurse that dream again
For every joy that lit my brow
Would bring its after storm of pain —

Besides the mist is half withdrawn,
The barren mountain-side lies bare
And sunshine and awaking morn
Paint no more golden visions there —

Yet ever in my grateful breast
Thy darling shade shall (cherished) be
For God alone doth know how blest
My early years have been in thee !

(Emily Brontë)

 

Recueil: Cahiers de Poèmes
Traduction: Claire Malroux
Editions: Points

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :