Arbrealettres

Poésie

Solitude (Alain Borne)

Posted by arbrealettres sur 7 décembre 2017



Illustration: George Hunter
    
Solitude, viens me nourrir avec ton pain d’absence
et ton ivresse froide
toujours le vide devant moi et dans mes bras berceurs
c’est toi dont parlera le vent
d’où coulera le sang du rêve
d’où montera la trouble odeur de l’encrier.

J’ai vécu ma jeunesse longue
dans les cheveux de la folie
fouillant les lèvres de la nue
pour découvrir un feu qui brûle.

Les baisers seuls sont venus
que je guettais des chairs sans nombre
le lent cortège s’évanouit
des bien-aimées au cour de cendre.

J’ai vécu mon temps d’amour
avec un moi-même ennemi ;
où vont les mondes ? vers l’oubli
la foudre signe le ciel noir.

Les femmes belles d’être nues
dorment nouées à leur amant
dont le désir n’a plus de chant
et dont le but s’est perdu.

(Alain Borne)

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Curandera

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :