Arbrealettres

Poésie

Archive for 8 décembre 2017

Dans le temps facile et bleu (Nicole Brossard)

Posted by arbrealettres sur 8 décembre 2017



 Illustration: Fabienne Guilhem
    
dans le temps facile et bleu
quand la lumière est lente
et fait des noeuds de toute urgence
avec les ombres et les catastrophes
tu dis qu’il faut de la pluie
de la pluie et encore plus de nuit
que ne peut l’abîme
ou le silence des gens de tendresse

(Nicole Brossard)

 

Recueil: Cahier de roses & de civilisation
Traduction:
Editions: d’Art le Sabord

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’arrive à cette page en brûlant (Nicole Brossard)

Posted by arbrealettres sur 8 décembre 2017




    
j’arrive à cette page en brûlant
d’autres emploient le mot lumière
pour secouer la réalité.

(Nicole Brossard)

 

Recueil: Cahier de roses & de civilisation
Traduction:
Editions: d’Art le Sabord

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Parle de la nudité, des os de la poésie (Nicole Brossard)

Posted by arbrealettres sur 8 décembre 2017




    
parle de la nudité, des os
de la poésie qui souvent
rassemble dans la voix
des eaux-de-vie et le silence des baies

(Nicole Brossard)

 

Recueil: Cahier de roses & de civilisation
Traduction:
Editions: d’Art le Sabord

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Farouchement nomade (Nicole Brossard)

Posted by arbrealettres sur 8 décembre 2017



    

farouchement nomade: la vie
ses noms rares cordés dans l’imaginaire comme
des savons de toutes les couleurs, tout en odeur
et fine extase
selon qu’une horloge ou vivace lumière
déplace le pensées

(Nicole Brossard)

 

Recueil: Cahier de roses & de civilisation
Traduction:
Editions: d’Art le Sabord

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un soir en allant jusqu’au bout (Nicole Brossard)

Posted by arbrealettres sur 8 décembre 2017



    
un soir en allant jusqu’au bout
des doigts je ravive
d’un coup le silence
de l’autre côté de la réalité qui est là ?
Touche quand même.

(Nicole Brossard)

 

Recueil: Cahier de roses & de civilisation
Traduction:
Editions: d’Art le Sabord

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nuque nuées d’oiseaux (Nicole Brossard)

Posted by arbrealettres sur 8 décembre 2017




Illustration: ArbreaPhotos
    

nuque nuées d’oiseaux
choses essentielles qui passent par le je
ses bras ouverts
sur le double fond des images
quand la vie va
de la langue aux êtres de transparence

(Nicole Brossard)

 

Recueil: Cahier de roses & de civilisation
Traduction:
Editions: d’Art le Sabord

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pendant que caresses (Nicole Brossard)

Posted by arbrealettres sur 8 décembre 2017




    
pendant que caresses nous rapprochent
de la source et de l’aube
une vie de renard disais-tu

(Nicole Brossard)

 

Recueil: Cahier de roses & de civilisation
Traduction:
Editions: d’Art le Sabord

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

L’idée qu’il existe (Nicole Brossard)

Posted by arbrealettres sur 8 décembre 2017




    

l’idée qu’il existe
des centres inconsolables
au milieu de la poitrine
pendant que nous arrivons
à nous en tirer
un cahier de roses
sous le bras

(Nicole Brossard)

 

Recueil: Cahier de roses & de civilisation
Traduction:
Editions: d’Art le Sabord

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Et s’il ne fallait plus rien dire (Mathieu Brosseau)

Posted by arbrealettres sur 8 décembre 2017



Illustration: Vladimir Kush
    
Et s’il ne fallait plus rien dire que les signes sans trace
Seuls les signes dissimulent
Eux seuls percent la vie d’une seconde vie

Seuls les signes forcent l’existence
Il n’y a pas d’art, seule vanité
Les moustaches du rat le disent
Contre la paroi, bien avant, seul,

Mer, le mouvement est en contre-jour,
Seul, la perle me figure, poussée contre,
L’effort dit bien qu’il ne faut plus rien dire que l’étreinte
L’effort dit bien qu’il n’y a plus de lieu sous la paroi
Et je vois l’absence à reculons.

[…]

Et s’il ne fallait plus dire
Que les signes du silence

[…]

Et s’il fallait dire l’absence
Quels seraient les signes du silence ?

(Mathieu Brosseau)

 

Recueil: L’espèce
Traduction:
Editions: Mots Tessons

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’encre ne veut plus rien dire (Mathieu Brosseau)

Posted by arbrealettres sur 8 décembre 2017




    
L’encre ne veut plus rien dire que sa trace
Le reste est affaire d’être en demeure
D’être en lieu et place de ce qui se dit

S’il ne fallait plus se perdre mais rester là

Assis dans ça
Assis dans le serpent qui camisole la force
Assis dans ce qui se sait

Inscrit dans l’être en demeure
Dans la demeure de celui qui fuit

(Mathieu Brosseau)

 

Recueil: L’espèce
Traduction:
Editions: Mots Tessons

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :