Arbrealettres

Poésie

Tu ne remuais encore (René Guy Cadou)

Posted by arbrealettres sur 11 décembre 2017



 

Carlos Leon Salazar   o1_500

Tu ne remuais encore que par quelques paupières
Quelques pattes d’oiseaux dans les vitres gelées
Je ne voyais en toi que cette solitude
Qui posait ses deux mains de feuille sur mon cou

Tu venais de si loin derrière ton visage
Que je ne savais plus à chaque battement
Si mon coeur durerait jusqu’au temps de toi-même
Où tu serais en moi plus forte que mon sang

(René Guy Cadou)

Illustration: Carlos Leon Salazar 

 

4 Réponses vers “Tu ne remuais encore (René Guy Cadou)”

  1. C’est beau.
    Ce poète écrit vraiment des choses intéressantes.
    J’adore ces vers : « Je ne voyais en toi que cette solitude »
    « Tu venais de si loin derrière ton visage »
    « Où tu serais en moi plus forte que mon sang »
    Enfin j’aime presque tous les vers.

    • arbrealettres said

      Toujours un plaisir de lire un Poète avec qui l’on se sent en osmose 🙂 Moi ce serait plutôt Guillevic, Dickinson 😉

  2. flipperine said

    quel joli tableau et les paroles du poème sont bien adaptées

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :