Arbrealettres

Poésie

Plus tu appelles le repos (Alexandre Blok)

Posted by arbrealettres sur 12 décembre 2017



Plus tu appelles le repos
Plus terrible est la vie, plus terrible.
Le brouillard humide rampe à travers champs,
Le brouillard humide rentre dans ta poitrine
Le long du velours des nuits…

Oublie, oublie ce que fut la vie,
Oublie ce qu’elle sera à nouveau…
Des champs déserts vient la brume en rampant…

Dormir, dormir
Seulement !
Mais, de toute façon,
Quelqu’un te réveillera !

(Alexandre Blok)

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :