Arbrealettres

Poésie

Je vais plus loin que la route (André Velter)

Posted by arbrealettres sur 15 décembre 2017



Tel un vagabond
Je pars pour les montagnes désertes.
(Milarépa)

Je vais plus loin que la route,
plus haut que les alpages
près des rochers ou rien ne pousse.
La lionne suit la ligne des neiges,
l’aigle tourne dans l’azur,
j’entends les cris des petits singes.
Le vent s’est fait mon équipage,
la nuit la compagne de mon coeur
et le soleil m’offre à boire.
Si tout me manque rien ne manque,
prenez les braises de mon foyer,
je vis d’un souffle de feu.
(Le vagabond se joue des apparences,
le vagabond met l’infini dans son jeu,
il chante follement sa folle liberté.)
Je vais plus loin que mon refuge,
plus haut que l’écho des vallées
près de la seule lumière.

(André Velter)

 

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :