Arbrealettres

Poésie

Désir (Luis Cernuda)

Posted by arbrealettres sur 20 décembre 2017




    
Désir

Dans la quiétude des champs de septembre,
La feuille d’un peuplier doré,
Comme une étoile brisée,
Vrille et tombe à terre.

Si seulement l’âme inconsciente,
Oh ! Seigneur des étoiles et des feuilles,
Passait ainsi, ombre lumineuse,
De la vie à la mort.

(Luis Cernuda)

 

Recueil: Les nuages
Traduction: Anthony Bellanger
Editions: Fata Morgana

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :