Arbrealettres

Poésie

Les violettes (Luis Cernuda)

Posted by arbrealettres sur 20 décembre 2017




    
Les violettes

Légères, humides, mélodieuses,
La mauve obscurité de leur lumière se glisse
Telle une perle végétale au creux de vertes vulves.
Elles sont un cri de mars, un sortilège
D’ailes naissantes dans la tiédeur de l’air.

Fragiles, fidèles, elles sourient posément :
Muette invitation, tel un sourire
Naissant sur la fraîcheur de lèvres humaines.
Mais leur forme gracieuse jamais ne trompe :
Elles ne promettent pas pour ensuite trahir.

Dans leur marche victorieuse vers la mort
Elles interrompent un instant, si fragiles soient-elles,
Le temps sur leurs pétales. Aussi parvient-il,
Récurrence et beauté de l’éphémère,
A toucher la mémoire d’un vivant sortilège.

(Luis Cernuda)

 

Recueil: Les nuages
Traduction: Anthony Bellanger
Editions: Fata Morgana

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :