Arbrealettres

Poésie

Ô quel mal (Alain Borne)

Posted by arbrealettres sur 22 décembre 2017



Illustration
    
Ô quel mal de sortir du calme désespoir
la fièvre d’espérance bat mes tempes de son mensonge
une odeur d’encens glisse d’église en église
je ne croyais plus aux fleurs
ni à Dieu ni aux jeunes filles
il a suffi d’une aubépine
et tout ce monument de lave triste tremble et s’effrite
il a suffi d’une aubépine
et tout l’hiver dérive vers la mer.

(Alain Borne)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Curandera

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :