Arbrealettres

Poésie

Archive for 22 décembre 2017

Une course blanche (Alain Borne)

Posted by arbrealettres sur 22 décembre 2017




Illustration: Takahiro Hara
    
Une course blanche,
de l’or mêlé,
deux sangs déserts,
un cilice de baisers.

Quatre mains pour jouer,
de l’acier pour mourir,
un feu très clair,
et des veilleuses sans compter.

L’haleine de l’enfer
à la gorge des vents,
le souvenir d’un ciel
où les astres explosent.

Un manteau de tonnerre
où la foudre est humide,
un ruisseau d’herbes sèches
où sommeillent des pierres.

Le plus doux des néants
sous la souffrance intime,
les deux âges complices
endormis de ciguë.

(Alain Borne)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Curandera

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans le soir de soleil (Alain Borne)

Posted by arbrealettres sur 22 décembre 2017



Illustration: Alfred Stevens
    
Dans le soir de soleil
la veuve baigne son corps,
et l’eau est un pauvre mari
tiède et discrète sur ses cuisses.

Eau transparente où je me vois,
et mon joyau est sous la terre,
le bruit du vent qui m’ensorcelle,
filtre du pin sous quoi il gît.

Que reste-t-il sur les tombeaux
de la chaleur qui m’enfermait ?
je dors dans un froid plus profond
que celui d’au delà des pierres.

Je veux partager les racines
qui forment ombre à tes cheveux,
et renoncer à l’air terrible
qui me prive de tes baisers.

Au caillou des visages
il est encore des étincelles,
ô mes yeux noirs partis du jour,
personne, hélas, ne vous rappelle.

Et mon amant, malgré mes pleurs,
viendra bientôt fendre mon corps,
menuisier aux gestes précis,
et le plaisir grandira ma plaie.

Qu’est mon sang de haut parfum,
et ma voix rosée du printemps,
à ce bouvier qui prendrait sa joie
de l’étreinte d’un faisceau d’orties ?

J’ai perdu le nom de l’amour
en perdant ma neige torride,
tout s’attiédit à mon entour
comme cette eau, bracelet livide.

(Alain Borne)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Curandera

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le crépuscule est doux (Alain Borne)

Posted by arbrealettres sur 22 décembre 2017




    
Le crépuscule est doux
à celle qui attend
à travers le grillage
le bonheur de deux yeux.

Et voici qu’ils s’en viennent.

Elle sent son parfum
glisser ses fleurs en elle,
s’épanouir au coeur
la grande rose charnelle.

Et son baiser est loin
qu’il peut donner à d’autres,
à toutes les passantes, vacarme de la rue,
qui sont tentées d’amour par sa blondeur d’avoine.
A peine si son doigt
peut toucher ce soleil,
mais son regard avide
languit sur cette peau,
plus difficile à prendre
qu’une image au miroir,
ô ce lointain reflet
dont elle est amoureuse,
ce tournoi de lumières
qui vient pour l’aveugler !

Il voit à sa fenêtre
la pâle suppliciée
et lui dédie son coeur
dont il n’a rien écrit.

Puis il va dans sa vie.
gourmand de belles lèvres,
mordre un sang qui soit libre,

et la nuit tombe en elle.

(Alain Borne)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Curandera

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Visage des rues (Alain Borne)

Posted by arbrealettres sur 22 décembre 2017



Illustration
    
Visage des rues,
tant de soleil,
et l’odeur de la poussière
sur les fleurs vendues fanées.

Un grand tocsin
sème d’hirondelles
le myosotis du ciel.

Le sang cherche encore le sang
parmi la neige trouée d’yeux,
et le silence pèse les coeurs.

Aventure, ma surprise,
douce jupe poursuivie
et fendue pour la capture.

On rêve jusque dans la chambre
où le printemps éteint le lit
de ses membres enfin nus.

C’est toujours le même sang,
La même robe de peau franche,
tendue sur le même osier.

Les mêmes gestes alentour,
la même joie évanouie,
le même illisible retour.

(Alain Borne)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Curandera

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tant de routes sous mon bâton (Alain Borne)

Posted by arbrealettres sur 22 décembre 2017



Illustration: Giacometti

    
Tant de routes sous mon bâton
et tant de maisons d’eau claire
où les gerbiers formant le cercle,
perdent la tête de leurs graines
dans des gâteaux de Royauté.

Tant de lits drapés de lavande
où parfois un sachet de sang
parfume mes nuits d’un éveil.

Tant de poussière accumulée
sur le passage de l’été,
tant de pierres dans les rivières
jetées pour compter les journées.

Tant d’arbres de douce écorce,
tant de feuillage contre le ciel,
tant de regards sous son ombre.

Et tout cela qui se taisait
dans le charnier de mon silence,
épris d’une eau fondue des neiges
et d’une fille encore acide.

L’été roule ses millions d’yeux
et ses fumées de forêt morte,
où ont dansé les nains de flammes
au bras de vierges dévêtues.

Je cherche encore une racine
qui médite des feuilles si longues
que l’ombre sur le soleil
n’ait plus besoin d’être doublée
pour y dormir tous mes travaux.

(Alain Borne)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Curandera

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

T’oublier, revivre et rêver comme j’ai rêvé sur ta bouche? (Renée Vivien)

Posted by arbrealettres sur 22 décembre 2017



Comment oublier le pli lourd
De tes belles hanches sereines,
L’ivoire de la chair où court
Un frémissement bleu de veines?

N’as-tu pas senti qu’un moment,
Ivre de ses angoisses vaines,
Mon âme allait éperdument
Vers tes chères lèvres lointaines?

Et comment jamais retrouver
L’identique extase farouche,
T’oublier, revivre et rêver
Comme j’ai rêvé sur ta bouche?

(Renée Vivien)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le coeur de son Dieu (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 22 décembre 2017



Le saint soumis à la lévitation
entend palpiter le coeur de son Dieu.

(Jean Follain)

Illustration: Le Bernin

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 4 Comments »

Le non-écrit (Jacques Dupin)

Posted by arbrealettres sur 22 décembre 2017



Le non-écrit a pris peur

et replonge dans la flaque

(Jacques Dupin)

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Roseau (Tsvia Litevski)

Posted by arbrealettres sur 22 décembre 2017



Roseau

La ravissante finesse
avec laquelle le vert s’évade
du mot « vert » —

Le vert en chemin vers le vert.

Qu’il est long, le chemin

(Tsvia Litevski)


Illustration: Kim Blair

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | 2 Comments »

Japonaise (Jude Stéfan)

Posted by arbrealettres sur 22 décembre 2017



japonaise

la dernière fois très âgé
c’était un jour de vent
avec la belle Yuko je
savais où poser le menton
à la faire pâmer elle
avait à l’oreille une rose
et n’était pas épilée un
double collier un bracelet
qui tintait ornaient sa
nudité je revois un vase
une large glace en elle
pleurait ma jeunesse de
ses fins doigts qui voulait
m’empêcher de mourir par
son sourire, elle si brune

(Jude Stéfan)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :