Arbrealettres

Poésie

Je sais que c’est sans entendre (Alain Borne)

Posted by arbrealettres sur 23 décembre 2017



Illustration: Alexey Steele

    
Je sais que c’est sans entendre
que tu parles cette langue inconnue

Mais à qui ferais-je confidence
sur ma lande sans une oreille ?

Tu deviens un moi-même de rêve
vêtu d’une cape de noire transparence
un fort géant sur un cheval
qui me vengera si je meurs.

A qui dirai-je sur ma lande
que m’attend dans la ville une infante
pétrie de mûre et de lait
à qui dirai-je que m’attend
la neige et le charbon
le gel et la brûlure
d’une gitane amoureuse.

A qui dirai-je
sinon à toi
que j’épouse demain la folie.

(Alain Borne)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Curandera

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :