Arbrealettres

Poésie

Vous voici au seuil de ma mort (Alain Borne)

Posted by arbrealettres sur 23 décembre 2017



Illustration
    
Vous voici au seuil de ma mort
plus blanche que le rêve d’un rêve
l’odeur de l’unique rose rouge de votre corsage
pose sa griffe sur mon coeur.

On dirait qu’il vient au lac
tout-à-coup une vague de cygnes.

J’avais oublié que vos yeux
étaient comme l’essence des plus beaux yeux
pressés au moulin le plus pur
éclatant l’alambic des créations ratées.

J’avais oublié que tout n’était
qu’une feuille déjà mâchée par l’automne
au prix de l’arbre immense et clair tonnant d’avril
de votre visage.

(Alain Borne)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Curandera

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :