Arbrealettres

Poésie

Archive for 4 janvier 2018

Qui partira ? (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 4 janvier 2018




    

Qui partira ?

Qui partira quand j’ouvrirai la porte,
mon désespoir ou le parfum des roses ?
Le visiteur, peut-être, agacé par ma voix.
Qui partira — et si c’était mon âme ?

Le sais-je moi si je suis une église
ou la prison de mes rêves perdus ?

Si je partais, si je quittais mon antre,
si j’oubliais les gestes et les rites,
si je roulais dans la saison des pierres ?

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je fais semblant (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 4 janvier 2018




    
Je fais semblant

Je fais semblant d’être mort et je mime
ce long silence et cette éternité.
Je sens ma chair lentement se dissoudre,
je ressuscite et traverse ma nuit.

Dans un miroir, je vois mon revenant.
Nulle frayeur : il ressemble à l’image
de cette fleur que jadis je cueillis
et qui revit à travers toute fleur.

Mélancolie, amertume, vous n’êtes
que des mots gris. Si je rêve ma mort,
c’est en couleurs : une écharpe d’iris
pour défier les démons de l’obscur.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La sensation qu’un autre (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 4 janvier 2018



    

La sensation qu’un autre

La sensation qu’un autre souffre en moi,
que sans mon rire, il mangerait ses poings.
Je suis son baume, il est ma déchirure
mais nous luttons pas à pas tous les deux.

De la douleur je me ferai le pitre
et je dirai la blessure d’un être
à mon image, un homme dans la nuit
et qui ressemble à mon visage vrai.

Masque après masque il me faut le trahir,
garder sa joie en réserve, sa joie
pour m’épargner de jeter quelque insulte
à la beauté du monde, à la beauté.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Toi tu dansais (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 4 janvier 2018



Illustration: Pierre Corratgé
    
Toi tu dansais

Toi tu dansais et moi forme invisible
j’étais ta danse et nul ne le savait,
nul ne savait qu’une ombre te guidait :
moi la musique et moi le mouvement.

Toi tu rêvais et moi près de ton rêve,
j’étais la coupe où tu puisais l’eau claire.
J’étais cette eau, j’étais ton vêtement.
Chaque matin, de moi tu t’habillais.

Quand tu mourus tout près de la fenêtre,
je fus ta mort. Le souffle sur la vitre
était mon souffle et nous fûmes ensemble
dans chaque nuit ces deux rayons d’azur.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Jette les dés (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 4 janvier 2018



    

Jette les dés

Jette les dés. Qu’importe ce qu’ils disent.
Chaque point noir est un grain de beauté
et s’il te vient le souci de victoire,
pense qu’un geste est plus beau qu’un présent.

Le tapis vert, le gobelet de cuir
et la musique et l’orage du ciel.
Ô ce destin d’attendre quelques chiffres
et de compter ce qui ne compte pas !

Jette les dés comme on jette sa vie
dans le temps noir pour offrir un éclair
et reprends-les bien vite pour le jeu
car immobile il te faudrait mourir.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si mon ici (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 4 janvier 2018



Illustration: Gao Xingjian
    
Si mon ici

Si mon ici est l’ailleurs de l’ailleurs,
que cet ailleurs d’un autre me projette
dans son vertige et me ramène à moi.

Si je me trouve où je ne peux pas être,
si je me perds en ne me perdant pas,
que mon retour précède mon départ !

Est-il un lieu plus vaste que l’attente ?
Devant le seuil où j’espère mon être,
la mort serait de ne pas me trouver.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Avec un peu de chance (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 4 janvier 2018



Illustration: Francis Ray
    
Avec un peu de chance

Avec un peu de chance tu vivras
cette journée, avec un peu de chance,
tu recevras la missive amoureuse
de ce poète ami que tu connus
dans un pays — tu ne sais plus lequel.

Réponds-lui vite. Il pourrait revenir,
le monstre épais qui déchire tes mots.
Réponds-lui vite. Il attend que tu l’aimes
car il est seul, il a peur comme toi.

Avec un peu de chance un autre jour
te sourira. Tu béniras les heures
en effeuillant la fleur de ton horloge
jusqu’au pétale où s’inscrit le néant.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le ciel est gris (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 4 janvier 2018



Illustration: Etienne-Maurice Falconet
    
Le ciel est gris

Le ciel est gris. Des poèmes s’envolent.
Sur l’autre rive une flûte accompagne
le chant des eaux. Des insectes se meurent,
des diamants fondent parmi les herbes.
Tu dis : le monde est beau, le monde est beau,

et moi vêtu je me sens traître au jour.
Nu, voilà : nu ! Il faudrait être nu
et si discret, glissant comme une plume,
être une palme, exiler la pensée
pour devenir un rêve d’écriture
par le seul corps, cette encre de l’aurore.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’aimais le riz (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 4 janvier 2018



 

Illustration: Laurent Connabel
    

J’aimais le riz

J’aimais le riz, j’aimais l’intelligence,
j’aimais l’amour mais je ne m’aimais pas.
Les mots sont doux s’ils s’envolent des phrases,
si comme Icare ils fondent au soleil.

Et je suis là, je marche sur la terre
de mon pas lourd. Je vois tant de fantômes
qu’entre eux je glisse en demandant excuse
d’être vivant tout en ne vivant pas.

Quand, libéré, je secouais mes chaînes,
je ne pensais qu’à l’autre me lier.
Oh ! j’ai grand-peur d’être le seul au monde
à ne savoir où poser mon vertige.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La nuit me rêve (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 4 janvier 2018



Illustration: Patricia Blondel
    
La nuit me rêve

La nuit me rêve. Une goutte d’or pur
sous le lilas s’écrase comme un pleur.
J’offre à l’obscur un éclair de ma vie,
le souvenir d’avoir été soleil.

Dans quel espoir as-tu trempé ta plume,
dans quel voyage as-tu trouvé le lieu
où l’univers se moulait dans ta cire ?

Le vent me parle. Au coeur de ces vallées,
ce sont les voix qui montent du passé.
Pour quel message ? Une ronde s’arrête
et chaque enfant c’est une heure figée.

Je tourne et tourne, aiguille solitaire
car m’arrêter serait fusiller l’heure
inscrite au front de ces enfants précaires.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :