Arbrealettres

Poésie

Je me traduis (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 4 janvier 2018




Illustration: ArbreaPhotos
    

Je me traduis

Je me traduis dans un autre langage
pour mieux me lire et mes yeux sont fermés.

Si je rencontre Emily Dickinson
ou Pessoa, je conquiers deux planètes

et je connais l’ivresse de l’espace.
Objet volant, l’être s’identifie

à qui le parle. Est-il un homme au monde
pour exister sans tous les mots de l’autre ?

Chaque murmure est celui du feuillage
quand nous restons en attente du vent.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :