Arbrealettres

Poésie

Archive for 4 janvier 2018

Je marche en moi (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 4 janvier 2018



Illustration: Gao Xingjian
    
Je marche en moi

Je marche en moi, je creuse dans mes brumes,
j’ouvre la nuit, j’avance par les mots,
j’entends mon pas, je découvre des rites
et des futurs dormant dans le passé.

Je suis issu de l’errance d’un être.
Il me façonne à sa main, nous allons
de cercle en cercle aux confins du réel.

Notre regard jamais ne se détache
de ce qui fut, voyant ce qui sera.

Je vis de l’autre, en l’autre je suis moi
multiplié par la folle aventure
quand nous portons ce bouclier d’aurore.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’impression d’oublier (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 4 janvier 2018




    
L’impression d’oublier

L’impression d’oublier quelque chose
qui nous visite au moment de la mort :
un testament ou quelque vieux message
pour expliquer ce qu’on n’explique pas.

ll s’agissait de résumer le monde,
le temps, la vie. Ou de dire… Mais quoi ?
des mots de rire ou de myosotis ?

L’oubli, qui sait ? de fermer une porte,
de modeler la phrase de sa fln,
peur de partir et peur de revenir –
ou cet oubli de s’oublier soi-même ?

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’ai vu le temps (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 4 janvier 2018




    
J’ai vu le temps

J’ai vu le temps passer sur ton visage.
Sur le poème aussi passait le temps.
Si l’un mourait, l’autre prenait la forme
de l’éternel et je l’aimais en toi.

Je gravissais l’escalier de pierre
de livre en livre et je te rejoignais,
toi le plus pur, l’orfèvre de tes mots
sur ce sommet qui dominait le monde.

Là, quel silence ! Était-ce le royaume
de notre peur ? Nous avons vu ensemble
voler l’oiseau des tempêtes, l’oiseau
de ce destin à jamais apaisé.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Qu’il serait bon (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 4 janvier 2018




    
Qu’il serait bon

Qu’il serait bon de mourir sous un arbre
ou dans un gouffre en faisant un faux pas
qui serait vrai dans mon éternité,

de dire l’arbre en chantant tous les arbres,
de dire gouffre en glissant dans le gouffre,
avec tendresse, en vieil amant des mots.

Que ferait-on pour ne pas être seul
dans ce départ ? Car je serai cet arbre
comme ce gouffre, ô chute, ô grand sommeil !

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tu rêves toi (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 4 janvier 2018



Illustration: Gao Xingjian
    
Tu rêves toi

Tu rêves toi d’être un peu tous les autres.
Pour te traduire il te faut cent langages.
Rien n’y suffit, pas même la nature
avec les voix de son choeur innombrable.

Petit maillon fragile dans la chaîne,
poumon léger du grand souffle cosmique,
aurais-tu peur de rester seul au monde
quand la seconde assassine le siècle ?

Tu es issu d’un poème sans fin
et tu le lis comme on soulève un roc
pour établir le socle millénaire
de l’inconnu qui dirige ta quête.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pardonnez-moi (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 4 janvier 2018




    
Pardonnez-moi

Pardonnez-moi de n’être qu’une lettre,
un code écrit, pardonnez-moi de n’être
que mon mystère et non celui du monde.

J’étais lexique, on feuilletait mes pages
pour y trouver des signes oubliés.
Qui me lisait devenait vite aveugle.

Effacez-moi. S’il se peut soyez gomme
pour ce fusain qui dessine un visage
dont je ne sais s’il est silence ou cri.

Éperdument l’ombre, l’oiseau, la femme
et ma tristesse, amour éperdument
pour me brûler dans l’absence du feu.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Toi si fragile (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 4 janvier 2018



Illustration: Klaus Kampert
    
Toi si fragile

Toi si fragile enfin tu te ressembles
comme ce mot léger, si pur qu’il tremble
et se refuse à la bouche, à l’oreille
et va mourir, écume sur la grève.

Tu ressentais cela quand, dès l’enfance,
tu mariais la cerise et la fraise
et n’osais pas manger tant de beauté.

Tremble ta voix comme feuille d’automne.
Des dieux ténus se penchent sur ta vie.

Tu ne peux plus déchirer une lettre
par peur d’entendre un long cri de souffrance.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’ai tant rêvé (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 4 janvier 2018




    
J’ai tant rêvé

J’ai tant rêvé que je n’ai plus de rêves,
que le réel est mon rêve à présent.
Il a pour moi des douceurs de nuage
et le tranchant des lames de couteau.

J’ai tant marché que je n’ai plus de pas,
que mon errance est celle d’un oiseau.
De l’altitude il me faut le vertige
et je me veux l’aliment du soleil.

J’ai tant écrit que je n’ai plus de mots.
Quel est celui qui contient tous les autres ?
Je l’ai cherché depuis la glaise rouge
jusqu’à l’étoile en ne le trouvant pas,

mais je revis chaque aube de l’attendre.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Pour chaque jour (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 4 janvier 2018



Illustration
    
Pour chaque jour

Pour chaque jour une enfance de mots.
La longue phrase est celle d’une vie.
Si l’écriture est un monde en gésine,
elle est la voix du jour ressuscité.

Rêver d’Icare abrège notre chute
et la prolonge en cet autre dessein
de cheminer entre la terre et l’ombre
pour y semer des graines de pensée.

A tant cueillir des étoiles tragiques,
à tant mener cet étrange combat,
nous déroulons l’écharpe de lumière
pour la poser sur notre ultime jour.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Lettre après lettre (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 4 janvier 2018




    
Lettre après lettre

Lettre après lettre il égrène les mots.
Sa peur de l’ombre est telle qu’il se jette
dans un lexique éclatant de soleil.

D’un règne à l’autre, un oiseau, le vertige.
Quelle stupeur quand la voix se retire
et que le cri vole parmi les fleurs !

Lettre après lettre il arrime le monde
à son désir, il mêle toutes langues
pour inventer la bouche universelle.

Coq de combat celui qui chante l’aube.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :