Arbrealettres

Poésie

Archive for 5 janvier 2018

Je ne lis pas (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 5 janvier 2018




    
Je ne lis pas

Je ne lis pas un livre, je suis lu
par tous les mots qui récitent ma vie.

Si je me tais, j’entends chanter ma voix
dans un silence où l’inconnu me parle.

Je n’écris pas, je suis une écriture
qui me dirige au-delà de mon corps.

Et quand le feu lèche et brûle ma page,
je suis le lieu de mon autodafé.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Flot de carmin (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 5 janvier 2018




    

Flot de carmin

Flot de carmin, ô carmina : poème !
et des flots d’or, des mirages de poudre,
et puis du bleu, de l’orange pour l’âme,
du vert aussi, non pas pour l’espérance
mais pour le goût que j’ai de la nature.

De chaque doigt s’échappent des couleurs
et de ma tête, il en jaillit partout.
J’ai entrepris de colorer le monde.
Pour vous je garde, amour, une surprise,
vous serez blanche et nul ne vous verra
que mon désir avec ses ailes noires.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Des mots d’amour (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 5 janvier 2018



    
Des mots d’amour

Des mots d’amour jamais plus la musique
je n’entendrai. J’aurai peur du silence
moi qui l’aimais ! Je chuchote parfois
pour simuler la parole d’un autre,
je parle seul pour tenter d’être deux.

Le mur est nu. J’y regarde mon ombre.
Merci, mon ombre, aimable compagnie !
et vous mémoire, apportez-moi l’aubaine
d’un souvenir, et je rêve ma vie,
tout ce passé que futur j’imagine.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je suis sans peur (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 5 janvier 2018



Illustration: William Blake
    
Je suis sans peur

Je suis sans peur. Je largue les amarres
de la détresse. À vous de m’enlever.
Je suis fin prêt, j’ai défait mes bagages
car où je vais, la nudité s’impose.

Pour voyager sans les soucis du jour,
il n’est que Mort, et c’est ma voyageuse
et mon Virgile. Aux cercles des Enfers,
je serai Dante, un Dante analphabète.

J’ai mis du temps à comprendre que l’être
n’existe pas, que je ne fus jamais,
qu’on crut me voir, que je le crus moi-même
en n’étant pas — sinon dans quelques lignes.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Et nous allons tous deux du même pas (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 5 janvier 2018



Illustration: Paul Klee
    
Et nous allons tous deux du même pas
si maladroit, ô ma soeur siamoise.
Que je m’arrête et tu t’arrêteras,
toi ma suivante et toi ma soeur éteinte
dès que mon feu ne brûle plus dans l’âtre.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un assassin (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 5 janvier 2018



Illustration: William Blake
    
Un assassin

Un assassin, je suis un assassin
car j’ai détruit en moi tous mes possibles.
Il me fallait choisir entre l’extase
et le désir – et j’ai choisi la feuille
qui vole au vent, la feuille sans espoir.

Nul ne connaît ce roman sans intrigue
que j’écrivis dans ma tête autrefois,
une épopée à la tête de buffle,
une légende où j’étais l’Enchanteur,
le régisseur de la troupe des Fées.

J’ai réuni ce que je voulais être,
ce que je fus, j’ai réuni mes rêves
et mon réel dans un grand livre en forme
de noir cercueil. Je m’y repose nu
dans la douceur étrange de mes crimes.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il cherche un mot (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 5 janvier 2018



Illustration: Horace Vernet 
    
Il cherche un mot

Il cherche un mot qu’il a perdu jadis
dans sa mémoire ou dans le grand canal
qui le relie à des fleuves perdus,
un mot sans joie et dont il ne sait rien
sinon qu’il pleure un abandon fatal.

Il cherchera tout au long de sa vie
dans le lexique ou dans le volubulaire.
Il croit qu’il vole, à moins que minéral,
il soit joyau, à moins que végétal,
il soit caché dans le jardin des jours.

Et le voilà, ce mot, il filtre à peine
et l’homme rêve : il va surprendre enfin
ce qui fuyait sa vie et sa pensée.

Ce mot qui tremble, il est la clé du monde.
L’homme l’entend, il va le révéler
lorsque la mort pose un doigt sur sa bouche.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

N’imaginez (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 5 janvier 2018



Illustration: Hans Memling
    
N’imaginez

N’imaginez la musique des anges
immatérielle, avec des sons si purs
qu’aucun humain ne pourrait les entendre.

Ce long silence au port des solitudes,
c’est la musique en nous qui nous écoute
et nous jouons pour elle malgré nous.

La nuit du coeur peut s’étendre, il nous reste
cette harmonie où nous sommes le chant
lorsque la voix des anges nous recueille.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je voudrais croire (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 5 janvier 2018




    
Je voudrais croire

Je voudrais croire et les dieux me rejettent.
Si je croyais, je dirais des prières.
Pourtant je prie et ne sais qui je prie,
toi mon poème ou l’inconnu du socle
que vit saint Paul et que l’on attendait.

Serais-je un corps — un corps et rien de plus ?
On parle d’âme et je ne vois que chair.
La mort en moi ne va-t-elle dissoudre
ce peu de foi qu’on nomme incertitude ?

Il suffirait d’un signe, un léger signe
comme un mouchoir agité dans la brume,
comme une voix qui me chuchoterait :
tu n’es pas seul ! et je croirais la voix.
Ma surdité même pourrait l’entendre.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mon père (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 5 janvier 2018




    
Mon père

Mon père est mort – mort à trente-six ans,
trois ans de plus que l’homme de la croix.
J’ai dépassé le double de son âge
et je me sens le père de mon père.

Pauvre jeune homme ! Il avait fait la guerre.
A son retour, la mort l’accompagnait.
Je fus au monde et lui se déroba
en me laissant son visage et sa voix.

Que dira-t-il quand il me reverra,
lui toujours jeune – un mort ne vieillit pas –
et moi si vieux ? Il me prendra la main.
Nous marcherons dans une aube blafarde,
mon jeune père et son si vieil enfant.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :