Arbrealettres

Poésie

Quand l’armée de tes cuisses (Luis Mizón)

Posted by arbrealettres sur 14 janvier 2018



 

Quand l’armée de tes cuisses
prend la ville
tes chevaliers s’enivrent
déchaînés
ils mettent le feu à la nuit
on pourrait avoir peur de ces choses
innommables
mais ton feu ne brûle pas
et dans la horde dorée de tes jambes
je me suis déjà fait de très bons amis

viens je ne suis qu’un tendre espion
écoutons ensemble
les commentaires des oiseaux

nous avons lutté
je suis le seul à savoir que tu as perdu
écoute mon secret

« chaque fois que je perds je gagne»

(Luis Mizón)

Illustration: Alain Bonnefoit

 

Publicités

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :