Arbrealettres

Poésie

Clausule (Aya Cheddadi)

Posted by arbrealettres sur 16 janvier 2018



Illustration: Heinrich Vogeler

    

Clausule

Je ferme la fenêtre
sur Mélusine
reine de l’autre rive

Je sais qu’elle continue
de vivre et de bâtir
prés des sources d’eau vive

Je sais qu’elle a perdu
le désir de mourir
perdu sur un chemin

C’était au crépuscule
quatre troubadours
s’en venant au château

Lui ont joué un air
embaumant la violette
et elle l’a trouvé beau

(Aya Cheddadi)

 

Recueil: Tunis marine
Traduction:
Editions: Gallimard

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :