Arbrealettres

Poésie

Le monde s’éteignit (Aya Cheddadi)

Posted by arbrealettres sur 16 janvier 2018



Illustration: Casey Baugh

    

Le monde s’éteignit
seuls brillaient ses yeux

Mon amour mon mari
mon astre coléreux

m’a vue un samedi
dans mon bain désastreux

serpente du nombril
jusqu’au bout de la queue

Mon mari qu’as-tu dit
reste mon amoureux

Mais déjà j’ai pâli
dans un cri douloureux

Le monde s’éteignit
seuls brillaient ses yeux

(Aya Cheddadi)

 

Recueil: Tunis marine
Traduction:
Editions: Gallimard

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :