Arbrealettres

Poésie

Archive for 18 janvier 2018

Son corps est Toundra (Joséphine Bacon)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2018




    
Son corps est Toundra
Du coin de l’oeil
Je l’observe
Son âme danse
Avec les aurores boréales

Tout horizon rêve
De sa beauté

(Joséphine Bacon)

 

Recueil: Un thé dans la toundra – Nipishapui nete mushuat
Traduction:
Editions: Mémoire d’encrier

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | 2 Comments »

Mon âme a tant d’âges (Joséphine Bacon)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2018




Illustration: Stéphanie Roux
    
Mon âme a tant d’âges
Je me baigne dans une eau où je ne suis pas
Un plafond éclaire ma vie

(Joséphine Bacon)

 

Recueil: Un thé dans la toundra – Nipishapui nete mushuat
Traduction:
Editions: Mémoire d’encrier

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

A la vieillesse (Joséphine Bacon)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2018



Illustration
    
A la vieillesse

Mes jambes fatiguées
Continuent

J’avance
Un pas
Un autre

Je suis l’enfant
Des premiers pas

Le matin se lève
Je marche

(Joséphine Bacon)

 

Recueil: Un thé dans la toundra – Nipishapui nete mushuat
Traduction:
Editions: Mémoire d’encrier

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cette nuit je cherche des mots (Joséphine Bacon)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2018



Illustration: https://wordart.com/
    
Cette nuit je cherche des mots
Des mots qui sonnent musique
Des mots qui peignent couleur
Des mots qui hurlent silence
Des mots sans dimension

Cette nuit mon dos se courbe
Mes genoux fléchissent
Tu es la nudité du monde

(Joséphine Bacon)

 

Recueil: Un thé dans la toundra – Nipishapui nete mushuat
Traduction:
Editions: Mémoire d’encrier

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les ancêtres m’ont dit (Joséphine Bacon)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2018




    
Les ancêtres m’ont dit:
« Ton âme a rêvé bien avant toi.
Ton coeur a entendu la terre. »

(Joséphine Bacon)

 

Recueil: Bâtons à message – Tshissinuashtakana
Traduction:
Editions: Mémoire d’Encrier

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | 1 Comment »

J’ignore si demain me gardera intacte (Joséphine Bacon)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2018



Illustration: Gao Xingjian
    
J’ignore si demain me gardera intacte
Je dis que l’espoir de se laisser être
Éloigne le désespoir

(Joséphine Bacon)

 

Recueil: Un thé dans la toundra – Nipishapui nete mushuat
Traduction:
Editions: Mémoire d’encrier

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Telle une brassée de roses (Kostas Karyotakis)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2018




    
Telle une brassée de roses

j’ai vu ce soir-là.
Dorée et subtile
par les rues, une senteur.
Et dans le coeur
une tendresse brusque.
Le manteau sous le bras,
le visage levé, irradié de lune.
L’atmosphère électrisée
de baisers, on dirait.
La pensée, les poèmes,
fardeau superflu.

J’ai comme l’aile brisée.
Pourquoi nous fut échu
cet été, je ne le sais pas même.
Pour quelle joie inespérée,
pour quelles amours,
pour quel voyage de rêve ?

(Kostas Karyotakis)

Découvert ici: https://desmotsetdesnotes.wordpress.com/

Recueil: Telles des guitares désaccordées
Traduction:
Editions: Bruno Doucey

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une fois plus tard je parlerai de quelque chose de beau (Agota Kristof)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2018



Illustration: Agota Kristof
    
Une fois plus tard je parlerai
de quelque chose de beau
de douces choses tendres
avec une imperceptible tristesse
un soir quand le ciel se remplira de beauté
quand les maisons se feront grises
et tout sera brouillard

Là sous la pluie
parmi les maisons monochromes
je parlerai de l’empire
des feuilles d’automne
car il sera octobre

Derrière le brouillard
vous vous taisez
le col relevé
les mains frileuses dans les poches
sans lumière comme l’ombre

Et la pluie glisse sur nos têtes nues
sous nos cols
douce tendre pluie
tombe sur les maisons sur les arbres
et le ciel devient toujours plus beau

Et la beauté descendra sur vous
avec une imperceptible tristesse
et vous comprendrez que dorénavant
ce sera toujours l’automne

(Agota Kristof)

Découvert ici: https://desmotsetdesnotes.wordpress.com/

Recueil: Clous : Poèmes hongrois et français
Traduction: Maria Maïlat
Editions: Zoé

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les épines (Lucian Blaga)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2018




    
Les épines

J’étais enfant. Je me souviens, j’étais allé cueillir
des roses sauvages.
Elles étaient tout hérissées d’épines,
mais je n’ai pas voulu les enlever.
je croyais que c’étaient — des bourgeons
qui un jour fleuriraient.

Plus tard je t’ai rencontrée. Ô, que d’épines,
que d’épines te hérissaient,
mais je n’ai pas voulu te les arracher —
je pensais qu’un jour elles fleuriraient.

Aujourd’hui, tout cela me revient
en mémoire et je souris. Je souris
et je vais par les vallées
jouant avec le vent. J’étais enfant.

(Lucian Blaga)

Découvert ici: https://desmotsetdesnotes.wordpress.com/

Recueil: Les poèmes de la lumière
Traduction: Jean Poncet
Editions: Jacques André

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Attends-moi (Constantin Simonov)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2018



Illustration: Constantin Simonov
    
Attends-moi

Si tu m’attends, je reviendrai,
Mais attends-moi très fort.

Attends, quand la pluie jaune
Apporte la tristesse,
Attends quand la neige tournoie,
Attends quand triomphe l’été
Attends quand le passé s’oublie
Et qu’on n’ attend plus les autres.
Attends quand des pays lointains
Il ne viendra plus de courrier,
Attends, lorsque seront lassés
Ceux qui avec toi attendaient.

Si tu m’attends, je reviendrai.

Ne leur pardonne pas, à ceux
Qui vont trouver les mots pour dire
Qu’est venu le temps de l’oubli.
Et s’ils croient, mon fils et ma mère,
S’ils croient, que je ne suis plus,
Si les amis las de m’attendre
Viennent s’asseoir auprès du feu,
Et s’ils portent un toast funèbre
A la mémoire de mon âme…
Attends. Attends et avec eux
refuse de lever ton verre.

Si tu m’attends, je reviendrai
En dépit de toutes les morts.

Et qui ne m’a pas attendu
Peut bien dire : « C’est de la veine ».
Ceux qui ne m’ont pas attendu
D’où le comprendraient-ils, comment
En plein milieu du feu,
Ton attente
M’a sauvé.
Comment j’ai survécu, seuls toi et moi
Nous le saurons,
C’est bien simple, tu auras su m’attendre, comme personne.

(Constantin Simonov)

Découvert ici: https://desmotsetdesnotes.wordpress.com/

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :